10 Mars 2009

Les principaux partenaires extra européens du CNES

Les principaux partenaires extra européens du CNES

La Russie


Première puissance spatiale de l’histoire avec le vol de Spoutnik en 1957, la Russie reste aujourd’hui encore un acteur spatial de tout premier plan. Entamée dès 1966, la coopération spatiale franco-russe a notamment permis le premier vol d’un Français dans l’espace en 1982. Aujourd’hui cette coopération est principalement axée sur les lanceurs via le programme de l’ ESA Soyouz en Guyane où la France est fortement impliquée et avec le programme « Oural » qui s’intéresse aux défis technologiques posés par les lanceurs réutilisables du futur et la propulsion à oxygène liquide/méthane liquide.

Les Etats-Unis d’Amérique


Par l’ambition de ses objectifs et le volume de ses activités, le secteur spatial des Etats-Unis est de loin le premier au monde. Dans ce contexte, le partenariat privilégié qu’entretient la France avec les Etats-Unis en matière spatiale depuis 1962 se concrétise par de fréquentes opportunités de collaboration dans de nombreuses thématiques. Celles-ci couvrent notamment l’observation de la Terre, l’exploration de l’Univers et en particulier de Mars, les vols habités et les expériences en microgravité à bord de la Station spatiale internationale.

Le Brésil


Seul pays d’Amérique latine à disposer d’un programme spatial développé, le Brésil est aussi l’unique pays émergent à même de réaliser des satellites scientifiques. Sa base spatiale d’Alcantara, à 2° de latitude sous l’équateur, est idéalement située pour les lancements sur orbite géostationnaire et le programme de lanceur Brésilien est ambitieux. Le CNES a récemment dynamisé sa coopération avec le Brésil en matière de satellites par la mise en place d’une assistance à la conception de petite plateforme satellitaire polyvalentes, au management pour un satellite géostationnaire institutionnel, pour la participation à un programme international de surveillance des précipitations. Par ailleurs le CNES mène depuis une trentaine d’années des campagnes de lâcher de ballons stratosphériques depuis Teresina.

Le satellite Megha-Tropiques
Le satellite Megha-Tropiques

L’Inde


Fréquemment affectée par des phénomènes météorologiques (cyclones, moussons, inondations) aux conséquences dramatiques, l’Inde manifeste un grand intérêt pour les missions spatiales dédiées à la compréhension du climat. Cette thématique correspondant à l’un des cinq axes stratégiques – Développement Durable – de la politique spatiale de la France, il était naturel que les deux nations unissent leurs efforts. Cette coopération se trouve facilitée par le niveau de maîtrise technique acquis par l’agence spatiale indienne (ISRO) depuis sa création en 1969, lequel permet la mise sur pied d’un partenariat équilibré.
Deux missions franco-indiennes, dont le lancement est normalement prévu en 2009, sont actuellement en préparation : Megha-Tropiques, dédiée à l’étude des phénomènes climatiques tropicaux, et Saral, consacrée à l’observation des océans. Dans chacune de ces missions, la France a la responsabilité de la charge utile scientifique, l’Inde fournissant pour sa part la plateforme satellite et le lanceur.